Artistes > Mikio WATANABE

Mikio WATANABE

Né en 1954 à Yokohama, Japon.
Après des études à Tokyo, il quitte le Japon par le port de Yokohama en 1977, traverse la Sibérie et se rend à Paris où il s’installe pour travailler.
De 1979 à 1981, il apprend la gravure avec S. W. Hayter à l’Atelier 17, Paris.
Depuis 1981, il se consacre à la « manière noire ».
Il s’installe en 1999 à Pierric, Bretagne.
En 2001, il ouvre un atelier à Paris.

 

 

 

 

« Je suis absolument convaincu qu’au cœur de toutes les choses de ce monde, il y a quelque chose de très simple et pur qui va au-delà de la complexité des apparences. Cette pureté est en elle-même puissante et magnifique. Je crée afin de toujours être en mesure de ressentir et de partager cette beauté avec les autres. »

 Mikio Watanabe

 

La manière noire est un procédé de gravure en creux. On l’appelle aussi gravure noire, mezzotinte ou mezzotinto : de l’italien qui signifie « demi-teinte ».

Le premier travail consiste à grainer une plaque de cuivre uniformément de petits trous, à l’aide d’un outil : le berceau. Le grain doit être extrêmement régulier pour retenir l’encre. Si la plaque était encrée à ce stade, on obtiendrait un noir parfait et velouté.

On parle d’un tour lorsqu’on a effectué un premier passage sur la surface de la plaque. Le grainage peut aussi être obtenu par une roulette : ce qui permet de gagner du temps, mais le rendu est plus médiocre. Puis, en grattant les grains avec un grattoir et en polissant les pointes rugueuses de la surface avec un brunissoir, le graveur éclaircit progressivement les zones du dessin qui retiendront plus ou moins d’encre et donneront les blancs et les tonalités de gris.

La manière noire permet une grande variété de teintes et son charme réside dans le fait que les formes « paraissent sortir de l’ombre ». C’est cet esprit autant que le procédé qui permet de distinguer une manière noire d’une simple manière blanche. L’impression est délicate, en raison de la grenure ; l’encrage doit s’effectuer avec un tampon doux. L’aciérage est vivement recommandé pour des tirages en grand nombre. On peut exécuter une manière noire en lithographie par grattage et lavis d’acide sur fond noir. Ce terme peut également désigner tout dessin qui procède par méthode d’effaçage.