Artistes > Jean-Charles QUILLIN

Jean-Charles QUILLIN

Né en 1965 en Guadeloupe.
Vit et travaille à Paris.

 

Au début des années 80, il fait sa première exposition dans les ateliers de Belleville : il est alors découvert par des collectionneurs. Il expose au Centre d’Art Contemporain de Mont de Marsan, à la galerie Liliane François, à la galerie Pierre Marie Vitoux à Paris,  chez Gérard Capazza à Nançay, à Londres, Milan, Zurich, Stockholm, au Canada, en Belgique …

Il reçoit le prix public Mac 2000.

Jean Charles QUILLIN reste une valeur montante dans le monde de l’art. Il est aussi passionné par l’écriture et la musique : il a publié deux recueils de poésies et sorti deux albums de ses compositions musicales.

 

 

 » Noir lumière – Noir matière »

Jean-Charles Quillin explore le noir qui devient couleurs, matières, textures, lumières pour nous rendre sensible sa vision d’un monde, qui confine au sacré de l’intra-utérin au cosmique.

Noir fertilité, liquide et nacré, environnement  de l’embryon dans la matrice maternelle,

Noirs innombrables que nous pouvons percevoir simplement en fermant les yeux, plus ou moins fort, plus ou moins longtemps.

Noir brillant et profond, vacance qui ouvre à la méditation.

Noire la nuit, sans lune, éclaboussée de myriades d’étoiles scintillantes

Noir reflets de gris, de bleus et même de blancs

Noir autoritaire, grave et radical. Son puissant pouvoir de contraste donne une présence à toutes les couleurs et illumine les plus sombres….

 Pierre SOULAGES

 

« La symphonie des âges »

On s’arrête, dans tous les sens du terme, devant les tableaux de Jean-Charles QUILLIN.

Au premier abord, « ce regard » des personnages qui nous regardent d’un noir qui semble refléter les tréfonds de l’univers, nous interpelle, nous appelle, s’aligne, résonne et éveille en nous « celui qui perçoit ». Commence alors un dialogue d’être à être, sans raison autre. Dans ce noir, nous sommes plongés au cœur même de l’âme.

D’ici, les apparences, le chant des rides, des rêves et des joies qui marquent tous les âges, se renvoient en balançoire entre enfance et vieillesse, une cadence ; une symphonie des âges ?  Les rires et les pleurs sont suspendus dans l’air et laissent la place au calme du silence. Tout cela, tout ce qui nous différencie et sépare, s’efface. Ainsi les temps et le temps s’arrêtent, deviennent l’instant.

Instant, qui grandit, nous envahit doucement, s’ondule des pénombres de ses toiles pour émerger de ses lumières tamisées de tendresse et teintées d’une braise sacrée. Une symphonie subtile, des lumières. Emerveillé, et la contemplation de ce qui est, prend naissance. L’artiste nous emmène loin, au plus profond de nous-même et on veut y rester ! On s’attarde, on s’attendrit, on s’y attache, captivé par « ce regard ».

Nanna JOHANSON, le 2 juin 2010

EXPOSITIONS PERSONNELLES

2010   Galerie Pierre Marie Vitoux, Paris

2008   Galleri Overkikaren, Stockholm

2006   Galerie Bonhomme, Liège

2004   Galerie Margot, Canada

2000   Centre d’Art Contemporain Raymond Farbos, Mt de Marsan

1998   Galerie Liliane François, Paris

1997   Galerie & Edition, Zurich

1988   Black Art Gallery, Londres

1982   Linton Gallery, Londres

 

EXPOSITIONS COLLECTIVES

2009   Galerie Pierre Marie Vitoux, Paris

2007-2008   Centre d’Art Contemporain Raymond Farbos, Mt de Marsan

2005   Galerie Capazza, Nançay

2004   Galerie Pierre Marie Vitoux, Paris

2003   MAC 2000, Paris

2001   MAC 2000, Paris

2000   MAC 2000, Paris

 

COLLECTIONS PUBLIQUES

2002   Mairie de Bourges

2000   Musée d’Art Contemporain, Mt de Marsan

 

PARUTIONS

2001-2002   Recueils de Poésie