Artistes > Jean AMPE

Jean AMPE

Jean AMPE définit son travail comme tel : accepter le voyage à rebours pour tenter de décoder les multiples pièges qu’offre la liberté car elle est « multitude » et par nature indéfinissable. 

Ses sources : toute la peinture.

Ses  sujets : les  récits  historiques, mythologiques  ou  religieux, dans  leur  sens anthropologique - le Sacré -, immense théâtre des ambitions qui ne cesse de se rejouer. 

Les thèmes que Jean AMPE traverse, convoquent souvent l’histoire : les géants Patagonsle corps sorcier -, les figures hyperboréennes, l’Astrée ou les paysages héroïques ainsi que les « Chinoiseries & Multitude » ….. 

Pour lui, le récit et la peinture ne font qu’un, à l’image du fameux « songe de  Poliphile » où le héros-narrateur invente au fur et à mesure  de son parcours initiatique - vagabunda deliquia - les paysages, les architectures, les jardins et les personnages qu’il croise. 

« La peinture est un mensonge, dit-il,  mais je ne peux que m’incliner à y croire car la beauté est  à ce prix, un délicieux vagabondage ».

Amoureux de l’opéra, il le ressent comme une mise en scène - allégorique - totale de la tragicomédie des sociétés humaines. Paradoxalement, c’est le lieu que le réel ne peut traduire, il en va de même pour le tableau. La fiction évoque le réel, mais le réel dissimule la vérité. 

Son travail, depuis vingt ans, est avant tout une passion pour la figuration. Les récits qu’il affectionne ou ses expériences devant le théâtre Nô, sont à l’image de la peinture comme un point de départ d’une aventure qui élargit son objet et son ambition à la recréation amoureuse d’un monde. Une épopée transversale, un mundus imaginalis traversé par le récit / la mémoire / le réel, une sorte de paysage / opéra / histoire. 

Jean AMPE le définit par un terme simple, le  « Paysage Héroïque ». Le paysage en tant qu’il est ouvert sur un champ fictionnel. Entre Dieu et le Diable, entre la vérité qui sauve et le mensonge qui tue, s’étend l’immense territoire de la fiction : Hac itus in astra – c’est par ce chemin que je gagnerai le ciel – ou encore : Ibo et videbo hanc visionem magnam – j’irai et je verrai cette grande vision -.

M.D

EXPOSITIONS • PRIX et DISTINCTIONS

2012

COVART GALLERY, Luxembourg (21.12.2012 au 19.01.2013)

Château de Bourgogne, Estaimbourg, Belgique

2011

Galerie du Château, Estaimbourg, Belgique

Galerie de la Croix Blanche, Bondues, France

Salon Contraste, Roubaix, France

2010

Shanghaï Artfair, Pavillon Français, Shanghaï, Chine

Salon Contraste, Roubaix, France

Galerie Espace Point Barre, Lille, France

Galerie de la Croix Blanche, Bondues, France

Grand Prix 2010, Salon des Artistes Roubaisiens, Roubaix, France

Grand Prix de l’Hôtel de Ville de Marcq en Baroeul

2009

Salon Contraste, Roubaix, France

Hospice d’Havré, « Paysages Héroïques », Tourcoing, France

Galerie de la Croix Blanche, Bondues, France

Grand Prix de l’Hôtel de Ville de Marcq en Baroeul

Les Arts en Val de Lys, Werviq, France

 2008

Galerie Raison d’Art, Lille, France

 2007

Galerie Emeraude, Le Touquet, France

Hôtel de Ville de Blois, France

Musée des Beaux-Arts de Mouscron, Belgique

2005

Hôtel de Ville de Wasquehal, France

2002

Médiathèque, Tourcoing, France

2000

Galerie « Qui », Paris, France

1999

Galerie « Qui », Paris, France

 1998

Hospice Comtesse, Lille, France

 1997

Galerie De Grus, Kortrijk, Belgique

Hallen, Bruges, Belgique

 1994

Galerie T.R.E.S, Kortrijk, Belgique

1991

Galerie T.R.E.S, Kortrijk, Belgique